Trajectoires et postures dans les recherches partenariales sur les territoires de montagnes

Résumé en cours d’écriture pour une soumission  au colloque de sociologie des sciences, des techniques et de l’innovation qui se tiendra à Bordeaux du 9 au 11 juillet 2014. Réactions et commentaires bienvenus !!

Julien Machet
Julien Machet

Recherches participatives, partenariales, collaboratives font l’objet d’un intérêt croissant. Leurs analyses mettent en évidence les enjeux épistémologiques, méthodologiques, institutionnels, politiques et éthiques (notamment Gillet et Tremblay, 2011a, 2011b) en laissant de côté la question des profils, des ressources et des postures des personnes engagées dans de telles recherches. Si les exigences de participation et de démocratisation des sciences ont circulé des discours militants aux politiques scientifiques en passant par la sociologie des sciences (Quet, 2013), la mise en œuvre pratique de cette participation s’inscrit dans cette tension entre différents intérêts qu’acteurs et chercheurs sont amenés à recomposer et à s’approprier. Quelles sont les expériences et trajectoires contribuant à cette implication ? Existe-t-il une homogénéité de significations données à ces pratiques ou peut-on différencier des postures ?

L’approche de sociologie des sciences s’est déployée sur le périmètre dessiné par le Labex « Innovation et territoires de montagne » ; 21 entretiens compréhensifs sur les parcours et expériences de collaboration ont été menés auprès de chercheurs (sciences sociales et sciences biologiques) et d’acteurs de différents milieux professionnels (association, parc naturel régional, collectivité) impliqués dans ces pratiques autour de Grenoble. Une collecte de documents, de sites internet et parfois une observation participante a également contribué à documenter ces pratiques.

Les trajectoires des personnes interviewées présentent des changements de cap et donc des socialisations dans plusieurs milieux professionnels. Ces changements sont progressifs et de nombreuses personnes cultivent une pluralité d’engagements, souvent organisés autour d’un territoire ou d’une pratique de la nature, qui amène à qualifier certains d’acteur-chercheur. On retrouve chez ces personnes des compétences propres à la figure professionnelle de médiateur précédemment décrite pour les travailleurs de la nature (Granjou, Mauz et Cosson, 2010) et on distingue des postures en tension entre différentes conceptions de la collaboration. Ces dernières s’apparentent aux significations à l’œuvre dans un processus de démarcation (Gieryn, 1983)  entre différents professionnels : la collaboration s’exprime alternativement comme une volonté de partage entre des individus avec des convictions proches, une volonté de confrontation d’individus aux cultures différentes ou encore comme l’occasion de l’émergence d’un changement. Ainsi, une cartographie des postures peut être dressée  afin de mettre en évidence la continuité des significations et des postures (Demazière, 2013), et proposer des hypothèses quant aux enjeux spécifiques de certains sous-groupes (génération, profession, territoire). Finalement, une telle approche des partenariats permet de saisir le renouvellement des collectifs de science par leurs dynamiques identitaires.

Demazière, D. (2013). Typologie et description. À propos de l’intelligibilité des expériences vécues. Sociologie, Vol. 4(3), 333‑347.

Gieryn, T. F. (1983). Boundary-Work and the Demarcation of Science from Non-Science: Strains and Interests in Professional Ideologies of Scientists. American Sociological Review, 48(6), 781.

Gillet, A., & Tremblay, D.-G. (2011a). Conditions, dynamiques et analyses des partenariats de recherche. SociologieS. Consulté à l’adresse http://sociologies.revues.org/3751

Gillet, A., & Tremblay, D.-G. (2011b). Pratiques, analyses et enjeux de la recherche partenariale. Une introduction. Revue Interventions économiques. Papers in Political Economy, (43). Consulté à l’adresse http://interventionseconomiques.revues.org/1345

Granjou, C., Mauz, I., & Cosson, A. (2010). Les travailleurs de la nature : une professionnalisation en tension. SociologieS. Consulté à l’adresse http://sociologies.revues.org/3296

Quet, M. (2013). Politiques du savoir: sciences, technologies et participation dans les années 1968. Paris: Archives contemporaines.