Le paysage / les paysages : des yeux et des paysagistes

Une contribution de Gilles Della Vedova, doctorant en histoire contemporaine au laboratoire d’études rurales (Lyon II), pour la table-ronde consacrée à la « spécificité des liens aux territoires de montagne », séminaire de Pont-en-Royans, 5 décembre 2015. Il revient sur le rôle des différents acteurs dans la production des savoirs sur les territoires en prenant comme entrée la notion de « paysage ».

Les acteurs du développement territorial sont-ils également des aménageurs de l’espace ?

Une réponse double mais qui demande, au préalable, de revenir sur les termes

            – « aménagement » : transformation des conditions existantes pour les rendre favorables aux hommes. Il y a donc une idée d’adaptation qui pose la question de la relation entre le local / le global (qui s’adapte ? qui adapte qui ?). L’aménagement est donc un ajustement ce qui pose la question de comment le qualifier : est-il imposé ? négocié ? consenti ?

            – « paysage », selon Anne Sgard (géographe, université de Genève) : espace de coprésence et de co-visibilité. Les sociétés négocient les valeurs par l’entremise du paysage et décident ou non de partager un projet[1]. Le paysage est la manifestation du dialogue qui se crée au sein des composantes du groupe social à différentes échelles (acteurs infra locaux, locaux, globaux).

Continuer la lecture de Le paysage / les paysages : des yeux et des paysagistes

Trajectoires et postures dans les recherches partenariales sur les territoires de montagnes

Résumé en cours d’écriture pour une soumission  au colloque de sociologie des sciences, des techniques et de l’innovation qui se tiendra à Bordeaux du 9 au 11 juillet 2014. Réactions et commentaires bienvenus !!

Julien Machet
Julien Machet

Recherches participatives, partenariales, collaboratives font l’objet d’un intérêt croissant. Leurs analyses mettent en évidence les enjeux épistémologiques, méthodologiques, institutionnels, politiques et éthiques (notamment Gillet et Tremblay, 2011a, 2011b) en laissant de côté la question des profils, des ressources et des postures des personnes engagées dans de telles recherches. Si les exigences de participation et de démocratisation des sciences ont circulé des discours militants aux politiques scientifiques en passant par la sociologie des sciences (Quet, 2013), la mise en œuvre pratique de cette participation s’inscrit dans cette tension entre différents intérêts qu’acteurs et chercheurs sont amenés à recomposer et à s’approprier. Quelles sont les expériences et trajectoires contribuant à cette implication ? Existe-t-il une homogénéité de significations données à ces pratiques ou peut-on différencier des postures ?

L’approche de sociologie des sciences s’est déployée sur le périmètre dessiné par le Labex « Innovation et territoires de montagne » ; 21 entretiens compréhensifs sur les parcours et expériences de collaboration ont été menés auprès de chercheurs (sciences sociales et sciences biologiques) et d’acteurs de différents milieux professionnels (association, parc naturel régional, collectivité) impliqués dans ces pratiques autour de Grenoble. Une collecte de documents, de sites internet et parfois une observation participante a également contribué à documenter ces pratiques.

Les trajectoires des personnes interviewées présentent des changements de cap et donc des socialisations dans plusieurs milieux professionnels. Ces changements sont progressifs et de nombreuses personnes cultivent une pluralité d’engagements, souvent organisés autour d’un territoire ou d’une pratique de la nature, qui amène à qualifier certains d’acteur-chercheur. On retrouve chez ces personnes des compétences propres à la figure professionnelle de médiateur précédemment décrite pour les travailleurs de la nature (Granjou, Mauz et Cosson, 2010) et on distingue des postures en tension entre différentes conceptions de la collaboration. Ces dernières s’apparentent aux significations à l’œuvre dans un processus de démarcation (Gieryn, 1983)  entre différents professionnels : la collaboration s’exprime alternativement comme une volonté de partage entre des individus avec des convictions proches, une volonté de confrontation d’individus aux cultures différentes ou encore comme l’occasion de l’émergence d’un changement. Ainsi, une cartographie des postures peut être dressée  afin de mettre en évidence la continuité des significations et des postures (Demazière, 2013), et proposer des hypothèses quant aux enjeux spécifiques de certains sous-groupes (génération, profession, territoire). Finalement, une telle approche des partenariats permet de saisir le renouvellement des collectifs de science par leurs dynamiques identitaires.

Demazière, D. (2013). Typologie et description. À propos de l’intelligibilité des expériences vécues. Sociologie, Vol. 4(3), 333‑347.

Gieryn, T. F. (1983). Boundary-Work and the Demarcation of Science from Non-Science: Strains and Interests in Professional Ideologies of Scientists. American Sociological Review, 48(6), 781.

Gillet, A., & Tremblay, D.-G. (2011a). Conditions, dynamiques et analyses des partenariats de recherche. SociologieS. Consulté à l’adresse http://sociologies.revues.org/3751

Gillet, A., & Tremblay, D.-G. (2011b). Pratiques, analyses et enjeux de la recherche partenariale. Une introduction. Revue Interventions économiques. Papers in Political Economy, (43). Consulté à l’adresse http://interventionseconomiques.revues.org/1345

Granjou, C., Mauz, I., & Cosson, A. (2010). Les travailleurs de la nature : une professionnalisation en tension. SociologieS. Consulté à l’adresse http://sociologies.revues.org/3296

Quet, M. (2013). Politiques du savoir: sciences, technologies et participation dans les années 1968. Paris: Archives contemporaines.

A propos des désignations « chercheurs et acteurs »

Une réflexion en cours…

Le choix des catégories et des désignations étant loin d’être neutre, je propose de nous arrêter un instant sur celles choisies pour le sous-titre de ce carnet. Ce vocabulaire ne comporte-t-il pas un risque de naturaliser les identités, c’est-à-dire de nier leur complexité en rejouant le grand partage entre science et société ?

On pourrait en effet considérer, en s’appuyant sur la critique latourienne (Latour, 1997) de la purification des hybrides[1], que cette catégorisation (acteur/chercheur) renvoie à la Science et à la Société comme des entités autonomes dans lesquels « chercheurs » et « acteurs » auraient des rôles et des activités différentes par nature. Ma démarche s’inscrit évidemment contre toute naturalisation des identités et idéalisation de l’activité scientifique ; il s’agit justement de saisir les processus (sociaux, cognitifs etc.), continus ou discontinus, qui amènent chercheurs et acteurs à travailler ensemble. Ma démarche, inspirée de l’interactionnisme symbolique et du pragmatique, partage un postulat constructiviste avec les théories de l’acteur-réseau  en ce sens que la science, et sa frontière, est bien le résultat d’une activité collective[2] et non une question de nature. Néanmoins, le débat reste ouvert au sein des sciences sociales concernant la question de la démarcation de la science et de son autonomie contestée (Dubois, 2013).

 09-04-2012-lyon-058-rtche-carrc3a9-vg  Julien Machet

Pourquoi continuer à distinguer « chercheurs » et « acteurs » et ne pas suivre les théories de l’acteur-réseau jusqu’à la symétrie complète ? Pour ce courant, un principe méthodologique fondamental est celui de considérer le monde social comme plat et sans couture (Latour, 2007). Il me semble que ce principe, utile pour aborder les processus de production de connaissance sans a priori, génère une vision quelque peu problématique. Comment mettre en parenthèse la réalité socioprofessionnelle qui permet par exemple aux chercheurs en poste de se « dédier » à la production de connaissance (loin de moi l’idée de nier les multiples tâches, pédagogiques, managériales et autres qui sont aujourd’hui exigée des chercheurs ! j’y reviendrais prochainement…) là où cette activité est rarement pourvus de moyens dans d’autres professions ? Si on peut éventuellement faire l’hypothèse d’une homogénéisation managériale des contraintes qui pèsent sur les professions, il n’en reste pas moins qu’elles arborent des modes d’organisation et de reconnaissance professionnelle distinctes. Aussi, plutôt qu’un monde sans couture, il me semble qu’un réel organisé par des mondes sociaux (Strauss, 1992) rend davantage compte de la manière dont tout un chacun se représente son activité. Les études de sciences inspirées de l’interactionnisme symbolique (Star & Griesemer, 1989) ; (Fujimura, Star, & Gerson, 1987) éclaire singulièrement les modalités de coordination et les négociations entre acteurs de différents mondes sociaux. Star et Griesemer (1989) analysent par exemple le partage de méthodes de collecte et de traitement des spécimens biologiques entre professionnels, amateurs et administrateurs au sein d’un Muséum ; ils développent la notion d’objet-frontière reprise dans de nombreux travaux (Trompette & Vinck, 2009).

Mon usage des désignations « chercheur » et « acteur » est alors minimal en ce qu’elles ne déterminent pas le rôle des individus au sein des collaborations mais leur appartenance reconnue collectivement à un monde social donné. Ces désignations renvoient alors au statut professionnel : « chercheur » désignerait la personne dont le premier statut professionnel est d’être employé (salarié ou contractuel) par un organisme de recherche, ce qui n’exclut aucunement d’autres activités et statuts. Plus générique, les « acteurs » peuvent avoir un statut associatif, salarié d’un espace protégés, d’une collectivité etc. bien qu’ils aient obtenu un doctorat ou poursuivi des travaux de recherche. Ainsi, la désignation d’ « acteur-chercheur » se restreindrait aux individus ayant un premier statut auquel s’ajoute un statut de chercheur associé ou membre d’un laboratoire (ou dans la recherche d’une telle affiliation).  

Enfin, un tel choix de désignation est motivé par une volonté de mise en dialogue des mes recherches avec les personnes qu’ils concernent. Mon parti-pris constructiviste postule d’une absence de rupture entre les processus cognitifs quotidiens et ceux mis en œuvre par la recherche scientifique. Tenir ce parti-pris a beaucoup de conséquences méthodologiques, pas encore très clair à mes yeux, mais dont la principale me semble être l’usage de catégories qui résonnent pour les personnes enquêtés. Là où des anthropologues des sciences comme Bruno Latour (désolée, encore lui) revendique un vocable propre aux analystes en rupture avec la manière dont les chercheurs parlent de leur activité (posture qui se comprend par rapport à des dérives positivistes et idéalisatrice d’une Science toute puissante), je veux, pour ma part, accompagner les personnes qui s’interrogent sur les pratiques de recherche-action, recherche collaborative et participative sans mettre de distinction entre leurs pratiques de réflexivité extrêmement riches et mes propres analyses.

Voilà pourquoi malgré le flou des désignations de « chercheur » et d’ « acteur », je conserve ces désignations qui me semblent a minima être intelligibles (et discutables) par tous.

Dubois, M. (2013). Introduction. L’Année sociologique, Vol. 63(2), 345357.

Fujimura, J. H., Star, S. L., & Gerson, E. M. (1987). Méthodes de recherche en sociologie des sciences : travail, pragmatisme et interactionnisme symbolique. Cahiers de recherche sociologique, 5(2), 63.

Latour, B. (1997). Nous n’avons jamais été modernes: essai d’anthropologie symétrique. Paris: La Découverte.

Latour, B. (2007). Changer de société, refaire de la sociologie. Paris: La Découverte.

Star, S. L., & Griesemer, J. R. (1989). Institutional Ecology, `Translations’ and Boundary Objects: Amateurs and Professionals in Berkeley’s Museum of Vertebrate Zoology, 1907-39. Social Studies of Science, 19(3), 387420.

Strauss, A. L. (1992). La trame de la négociation: sociologie qualitative et interactionnisme. (I. Baszanger, Éd.) (Vol. 1-1). Paris, France: Éd. l’Harmattan.

Trompette, P., & Vinck, D. (2009). Retour sur la notion d’objet-frontière. Revue d’anthropologie des connaissances, Vol. 3, n° 1(1), 527.


[1] Dans son ouvrage Latour conteste plus largement le partage fondateur entre nature et société ; et donc la prise en compte différentié des humains et des non-humains.

[2] Dont l’exigence du rapport au réel n’est pas remise en cause ici.