Le paysage / les paysages : des yeux et des paysagistes

Une contribution de Gilles Della Vedova, doctorant en histoire contemporaine au laboratoire d’études rurales (Lyon II), pour la table-ronde consacrée à la « spécificité des liens aux territoires de montagne », séminaire de Pont-en-Royans, 5 décembre 2015. Il revient sur le rôle des différents acteurs dans la production des savoirs sur les territoires en prenant comme entrée la notion de « paysage ».

Les acteurs du développement territorial sont-ils également des aménageurs de l’espace ?

Une réponse double mais qui demande, au préalable, de revenir sur les termes

            – « aménagement » : transformation des conditions existantes pour les rendre favorables aux hommes. Il y a donc une idée d’adaptation qui pose la question de la relation entre le local / le global (qui s’adapte ? qui adapte qui ?). L’aménagement est donc un ajustement ce qui pose la question de comment le qualifier : est-il imposé ? négocié ? consenti ?

            – « paysage », selon Anne Sgard (géographe, université de Genève) : espace de coprésence et de co-visibilité. Les sociétés négocient les valeurs par l’entremise du paysage et décident ou non de partager un projet[1]. Le paysage est la manifestation du dialogue qui se crée au sein des composantes du groupe social à différentes échelles (acteurs infra locaux, locaux, globaux).

Le groupe social que je connais le moins mal est celui des Quatre Montagnes (canton de Villard-de-Lans, Vercors-nord, Isère) que j’aborde notamment sous l’angle du système touristique. Dans ce territoire, indéniablement, les acteurs du développement sont des aménageurs de paysages.

Ces acteurs sont triples

            – les pouvoirs publics, qui décident de procéder aux travaux le long des gorges de la Bourne(1875) et qui sont relayés par les excursionnistes (comme les récits de Louise Drevet) ou par les images (comme les réclames du PLM) pour aller visiter le Vercors. Dans ces documents, c’est la représentation des gorges qui importe : définition du pittoresque et présence forte des éléments naturels (roche, eau, arbres, fraicheur). Même processus pratiquement un demi-siècle plus tard, avec l’achèvement de la ligne de tramway entre Grenoble et Villard-de-Lans (1920) et le récit de Henri Ferrand.

. Création d’un paysage artificiel naturalisant (les sapins, les conifères autour de la propriété)[2]. D’autres veulent créer un funiculaire au Moucherotte en 1914, dont le projet persiste après guerre [3] ou encore un téléférique à Villard-de-Lans au milieu des années 1930[4].

            – mais ces acteurs, représentants de la société globale, sont présents par l’intermédiaire d’acteurs pivots. Prenons l’exemple de Pierre Chabert[5]. C’est la notabilité de Pierre Chabert et son entregent dans la société parisienne et au sein des acteurs du système touristique qui le conduisent à faire le lien et à fabriquer du paysage.

Par conséquent, le regard qui oppose trop commodément global versus local est à contourner pour mettre l’accent sur d’autres acteurs, ceux à l’articulation et ceux qui sont collectifs.

A partir de cette observation qui concerne le tourisme, ne peut-on remonter le temps et chercher à voir s’il y a eu avant l’entre-deux-guerres (ou dès la Belle époque) la construction d’autres paysages par d’autres acteurs ?

Dès le 19e siècle, les acteurs du développement rural sont également des aménageurs de l’espace

            – le développement de l’élevage.1864: reconnaissance de la race bovine du Villard-de-Lans. Il s’agit également d’un aménagement par la place plus grande de l’herbe (prés + cultures fourragères) et la densification d’un troupeau qui apparaît dans les descriptions touristiques qui vont faire le charme de ce paysage de montagnes à vache. Une partie de la littérature touristique fait apparaître les acteurs locaux et ne réduit pas le paysage uniquement à ses éléments naturels. Les cultivateurs et de manière générale les populations locales aménagent également les paysages.

Il est possible de conclure autour de deux points :

1°) Tout ne débute pas avec le tourisme qui créerait des paysages

2°) L’élaboration est antérieure et le tourisme prend appui sur les préalables qui sont le fruit de tout un ensemble de dispositifs qui combinent les échelles. On en revient à une réflexion sur les acteurs (individuels et collectifs), sur les réseaux sociaux qui élaborent les paysages et sur une tension ente collaboration et compétition[6].

 L’attachement / les attachements passent-ils par des pratiques ou en sont-ils des émanations ?

L’attachement des élites socio-économiques qui visent à développer les Quatre Montagnes est-il un moteur pour en préserver les habitants et leur niveau de vie ou est-ce la réalisation de leur œuvre qui les attache à la montagne ainsi produite ?

Ces élites peuvent être réduites à un cas exceptionnel parce qu’il est la clef de voute de ce qui se passe durant l’entre-deux-guerres, Pierre Chabert. Il est le biais qui va permettre de répondre à la question en trois temps[7].

D’abord en identifiant l’homme

            – Pierre Chabert est originaire de Lans, avec un arrière-grand père maire de la commune durant les années 1820 et un arrière grand-oncle qui fait la même chose à Méaudre. C’est une famille de marchands, de notaires et de gros propriétaires (par rapport aux autres propriétaires de la commune).

            – Une carrière dans les affaires. Etudes à Grenoble puis Lyon, il entre dans les affaires à Grenoble et, très vite, à Nice. Intermédiaire pour des hommes d’affaires étrangers il est amené à vivre à Paris et à voyager souvent pour être plus proche des lieux de pouvoir qu’il fréquente.

           – Très riche par ses terres, il l’est surtout par des investissements dans le secteur minier en Algérie. En 1939, il estime sa fortune à 60 millions de francs (le commerce du bois représente 500 000 francs pour la commune la plus étendue du canton à cette époque).

            – Notabilité locale, nationale et même internationale avec une dimension économique et sociale mais également politique. Il devient maire de Lans durant les années 1920 et conseiller général du canton au tournant des années 1930.

            – Est-il attaché à la montagne ? En tous cas il y tient : à Lans au début des années 1920, il détient la distribution d’eau d’une partie de la commune. En 1926, il faut passer par ses conditions pour pouvoir se raccorder à sa conduite[8]. Il fixe les conditions de son choix. A Villard-de-Lans, dans la seconde moitié des années 1920, il fait mieux et évince des concurrents qui viennent de créer un bâtiment présenté comme un « sanatorium clandestin ». Il est à l’initiative de l’engagement pris par les logeurs et les hôteliers de la commune d’exiger un certificat de non contagiosité que les touristes doivent fournir sous peine de voir leur alimentation en eau coupée. Son attachement passe par la volonté d’écarter les activités indésirables mais également de façonner le paysage selon son goût. A posteriori il justifie cela par un profond attachement[9].

La présentation de l’homme faite, on voit qu’il est tout à la fois attaché au territoire, ce qui entraîne des pratiques, et que celles-ci entretiennent son attachement. Pierre Chabert se fait l’importateur d’un modèle de développement venu de l’extérieur et il y parvient parce qu’il est quelqu’un du canton de Villard-de-Lans.:

Ce modèle de développement est basé sur le tourisme :

            – Sa notabilité investit le champ du tourisme. Il intervient avant la Première Guerre mondiale mais également en 1916, quand il entreprend des visites pour étudier le tourisme de luxe aux Etats-Unis qui lui semble fournir le modèle d’un nouvel essor pour les montagnes françaises[10].

            – après guerre, il continue à s’immiscer dans ce secteur. Il a ses entrées au Conseil supérieur du tourisme, organe consultatif de l’Office national du tourisme dont les compétences sont agrandies en 1919. De son côté, la Fédération des syndicats d’initiatives le désigne la même année comme un de ses représentants, chargé tout spécialement des spécialisations industrielles appliquées au tourisme.

            – à Villard-de-Lans, après avoir chassé les tuberculeux, il reprend en main le « sanatorium clandestin » et il le transforme en hôtel de luxe via la Compagnie hôtelière de Villard-de-Lans qui voit le jour. Le nouveau directeur, René Allovon est récompensé le 20 juin 1934 par l’obtention du grade de chevalier de la légion d’honneur, distinction remise par le commandeur Pierre Chabert[11].

 Le modèle de développement de Pierre Chabert prend la forme d’un aménagement plus global

             – c’est le classement de la station de Villard-de-Lans en station climatique en 1930 et sa présence dans la chambre d’industrie climatique jusqu’au milieu des années 1930

             – à Lans, l’importation d’un modèle extérieur apparaît également par un projet de lotissement d’une partie proche du bourg centre de Lans grâce à la Société civile immobilière à la fin des années 1920. Son projet, qui n’est pas totalement réalisé, rappelle les plans en damiers des banlieues américaines et la carte topographique actuelle de la commune en porte encore trace. Pierre Chabert fixe les conditions pour lotir les terrains qu’il aménage[12].

 En conclusion, le cas de Pierre Chabert est particulièrement important car il explique le déroulement du développement des territoires de montagnes. On a l’importation de schémas extérieurs au canton, et même au département, qui ne sont réalisables que par l’entremise d’un individu qui en provient. Cela renouvelle l’attachement de Pierre Chabert à son pays natal. Né en 1875, il ne semble s’en intéresser vraiment qu’à partir du milieu des années 1920 dans la seconde moitié de sa vie, comme si les schémas extérieurs du développement extérieurs au canton provoquaient un ré enchaînement du lien au lieu.

Les institutions et les citoyens : qui attache qui ?

Quels rôles ont joué les institutions territoriales, selon celles que l’on envisage, dans les projets de développement territorial rural ? Les acteurs privés les ont-ils phagocytés pour arriver à leurs fins ? Entrisme des entrepreneurs de développement, sollicitation des institutions ou combinaison dans un même processus, quelles conséquences en termes d’attachements ? Promoteurs attachés par les institutions versus institutions se rattachant aux promoteurs ou affinités idéologiques ?

Il est malaisé de répondre ainsi car je ne sais pas si les termes se posent ainsi durant la période étudiée (celle de la seconde moitié du 19e siècle et celle de la première moitié du 20e siècle).

En effet, on reste dans une France des notables : les institutions sont consubstantielles avec l’action des notables

            – les élus de première grandeur sont des notables : ce sont, par exemple, ceux qui procèdent à la reconnaissance de la race bovine de Villard-de-Lans en 1864. De même, le rôle précédemment évoqué de Pierre Chabert montre également que dans le système touristique, c’est la capacité non seulement à mettre en relation mais encore d’agir dans des secteurs différents et surtout de pouvoir intervenir à des échelles emboîtées (local, cantonal ou départemental et national) qui fait l’importance de la figure du notable renouvelée qu’est Pierre Chabert. Les notables font partie des institutions et celles-ci ont besoin de ceux-là. Le privé ne s’oppose pas au public.

            – mais ces notables sont en réagencement. Il faut souligner ici l’importance des figures des techniciens que sont les vétérinaires ou les professeurs départementaux d’agriculture dans le cas de l’élevage, ou encore celle des médecins pour le tourisme en faveur des enfants délicats durant les années 1930 (et après la Seconde Guerre mondiale). Les acteurs privés que sont ces hommes se mélangent aux acteurs institutionnels, parce qu’ils en sont les collaborateurs ou parce qu’ils cherchent à passer de l’un à l’autre en particulier par l’obtention de mandat. Le cas du docteur Lefrançois à Villard-de-Lans, poussé par Pierre Chabert, est emblématique. Celui du fruitier de la coopérative de Villard-de-Lans qui devient un petit industriel avant de devenir le conseiller général du canton (Mestrallet) correspond également à cette situation.

Un des ressorts des institutions territoriales comme des acteurs privés est de souligner l’attachement au lieu. Par exemple, en 1864, c’est le comte d’Agoult qui pour souligner l’attachement des éleveurs du canton à « leurs animaux » (pro bobus) et à en refuser le croisement (alors que cette méthode de perfectionnement bovin est critiquée au profit de la sélection des éléments perfectionnés au sein même des variétés existantes) propose opportunément de donner comme nom à la race bovine alpine le nom du canton où est supposé le « berceau » de la race.

En même temps, il est intéressant d’observer que les électeurs ne choisissent pas forcément comme représentant des hommes natifs et domiciliés dans le canton. A plus d’une reprise ce sont des notables extérieurs du canton (mais qui en ont des origines, comme Jullien-Bertrand ou Chabert) puis des étrangers (Lefrançois, Mestrallet) qui sont élus. « Attachement » ne veut pas dure « natif ».

De même, le terme de « citoyen » me semble également à écarter : le terme est trop abstrait, il réduit les individus à la seule dimension politique et avec une tendance à le percevoir dans sa singularité. La science politique a bien montré que dans les campagnes le vote est une affaire longtemps collective. Il me semble préférable d’employer des termes qui servent à désigner des collectivités.

Selon les sujets et les époques cela peut prendre des formes différentes :

            – les hameaux. Les conflits forestiers au milieu du 19e siècle, dans le contexte du code forestier de 1827 et de la confection des matrices du cadastre napoléonien, montrent un attachement aux communaux de la part de communautés qui correspondent souvent à des hameaux. Villard-de-Lans soutient des procès importants entre les années 1830 et 1850 à ce sujet. Dans le cas de la section de Corrençon on a même une sécession qui réussit et qui entraîne l’érection d’une nouvelle commune en 1857.

            – les familles. L’attachement passe par un ensemble de stratégies qui visent au développement familial : par l’acquisition de terres (ou son exploitation), par les mille et un fils de la pluriactivité (le textile, le bois, le transport, la ganterie…). La migration n’est pas un déracinement, un détachement : d’abord elle correspond à un segment de la trajectoire biographique, ensuite les liens se maintiennent comme le montrent de multiples signes, par exemple les concessions au cimetière, l’association des enfants du Villard-de-Lans au début du 20e siècle.

Il y a les formes collectives présentes et celles qui sont absentes : pas d’affinités idéologiques visibles (camp républicain bleu face à un camp clérical noir ou un camp socialiste rouge).

Il me semble plus important de mettre en avant le groupe de ceux qui attachent les deux composantes de l’intitulé, c’est-à-dire les notables. On pourrait reprendre comme preuve la biographie de Pierre Chabert mais celle des Cocat, père et fils, est tout aussi pertinente

            – le père, Jean Cocat. Originaire de la région d’Uriage, un bon mariage lui permet d’acquérir l’office notarial de Villard-de-Lans à la fin des années 1870. Il multiplie les cessions de créances et en 1895 il devient maire de la commune, fonction qu’il occupa jusqu’à sa démission en 1907. On voit dans son cas qu’il s’attache la reconnaissance de certains de ses clients par un rôle classique de petit banquier qui lui permet d’accéder à la tête des institutions municipales.

            – son fils Paul, né en 1871 à Grenoble, devient à son tour un notable. Après des études de droit, il est avocat en 1894. Membre du conseil de municipal de Grenoble dès 1904, il cherche également à accéder au conseil général dans le canton de Grenoble Est et dans celui de Villard-de-Lans. Mais son rôle dans les institutions territoriales lui permet d’agir dans les projets de développement rural initiés par Pierre Chabert. Il est, en effet, administrateur des hospices civils de Grenoble donc, à ce titre, membre de droit du comité départemental de lutte contre la tuberculose avant d’en devenir le président. Sa connaissance du dossier du classement de Villard-de-Lans comme station climatique est telle que lors de la constitution de la première chambre d’industrie climatique le conseil municipal de Villard-de-Lans décide de lui laisser un siège « en raison des services rendus par ce dernier pour la création de la station »[13]. Il est vrai qu’il mit toute sa compétence juridique au service de la commune en établissant une convention fondamentale qui oblige les hôteliers et les logeurs à faire remplir des certificats de non-contagiosité par les voyageurs.

On voit donc, en conclusion, qu’à l’approche administrative ou politique suggérée par l’intitulé celle d’une histoire sociale fine, entreprise au Laboratoire d’études rurales, lui est préférée. Elle tisse les réseaux, articule les échelles et identifie les acteurs clés des liens aux territoires de montagne.

[1]https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-00686995/PDF/Anne_SGARD_HDR_Le_partage_du_paysage.pdf, p. 229 et 237.

[2] Marion VIVIER, Maisons d’enfants du Vercors. Patrimoine et mémoire du climatisme au pays des Quatre Montagnes : Autrans, Lans-en-Vercors, Saint-Nizier-du-Moucherotte Villard-de-Lans, Grenoble, Conservation du patrimoine de l’Isère / musée dauphinois, 2004, 100 p.

[3] Revue des Alpes dauphinoises, n° 2, mars-avril 1914, p. 39 et Arch. dép. Isère, 3449W104.

[4] Arch. dép. Isère, 3449W104.

[5] voir point 2 ci-dessous.

[6] Ces réflexions s’appuient sur une première ébauche : Gilles Della-Vedova, « D’un paysage l’autre. Propositions pour une interprétation de la construction des paysages et des terroirs à Villard-de-Lans 19e -1ère moitié du 20e siècle », Colloque Paysages et Terroirs : enjeux territoriaux, jeux d’acteurs et interdisciplinarité, Aix-en-Provence du 14 au 16 mai 2013 organisé à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme par l’UMR TELEMME dans le cadre du programme ANR SYSTERRA, PATERMED « Paysages et Terroirs Méditerranéens ».

[7] Gilles Della-Vedova, Ancrages multiples et multipositionnalité au prisme individuel : être Pierre Chabert (1875-1971), journées d’étude Lyon 7 et 8 mars 2013.

[8] En septembre 1926, le cahier des charges obligeait les habitants à se plier à ses desiderata. De ce fait, les particuliers qui se branchaient sur sa canalisation devaient accepter un certain nombre de condition et notamment pouvoir « fournir la preuve qu’aucun malade tuberculeux ne réside chez eux » et « exiger de tous séjournant un certificat de non-contagion qui sera soumis à l’appréciation d’un médecin de la région choisi par M. Pierre Chabert seul ». Cahier des charges, clauses et conditions qui régiront obligatoirement toutes les aliénations d’eau à effectuer par M. Pierre Chabert, 9 septembre 1926, archives municipales de Lans, dossier « Eaux avant 1956 ».

[9] « On me demande pourquoi j’ai livré cette rude bataille. Voici ma réponse : Ce fut d’abord pour la protection de mes enfants qui séjournaient à Lans-en-Vercors, au moment où la contagion était grande, puis pour protéger mon cher pays natal… » Pierre Chabert, « La bataille de Villard-de-Lans 1923-1933 prélude à une grande œuvre médicale pour la protection de l’enfance », dans Maisons d’enfants et d’adolescents de France. Revue trimestrielle de repos et cure des enfants et adolescents, n° 56, 1963, pp. 39-46.

[10] Pierre CHABERT, Le Tourisme américain et ses enseignements pour la France, Paris, Hachette, 1918, 144 p.

[11] Base LEONORE, dossier LH/24/86, pièces n°4 et 5.

[12] Projet de lotissement : plan et descriptif : programme d’aménagement et cahier des charges.

– art 8 : « …l’acquéreur devra se clore, sur la voie d’accès de son lot, au moyen soit d’un haie vive, soit d’un grillage métallique, soit d’un mur bahut de 1 m de hauteur maximum, non compris fondations, surmonté de grilles et de treillages, de façon que l’ensemble de la construction n’ait pas plus de 2 m de hauteur du sol. […]

– art 10 : Bonne tenue générale. Tous les lots vendus devront être tenus en bon état de propreté et les jardins convenablement entretenus. En particulier, le terrain en retrait, séparant la construction de la voie publique devra être, autant que possible, constitué par une bande de verdure, de gazon et de fleurs. Il est interdit de mettre du linge à sécher dans cette partie de la propriété ».Arch. dép. Isère, 2O205/9 Lans Divers 1911-1937. Extrait de l’enquête commodo et incommodo, 1928.

[13] Registre des délibérations de Villard-de-Lans, 25 octobre 1930.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *