« Penser les liens aux territoires ruraux »

Séminaire "Penser les liens aux territoires ruraux", Musée de l'Eau, Pont-en-Royans, 5 décembre 2014
Séminaire « Penser les liens aux territoires ruraux », Musée de l’Eau, Pont-en-Royans, 5 décembre 2014

Eléments de réflexion partagés et approfondis lors du séminaire de Pont-en-Royans (5/12/2014).

La rencontre organisée le 5 décembre 2014, dans le cadre des activités du groupe « Culture(s) et sociabilité en territoires de montagne » (Labex Item) et en collaboration avec le Parc naturel régional du Vercors, a réuni une cinquantaine de personnes accueillies au Musée de l’Eau, à Pont-en-Royans.

Le profil général des participants répond à l’intention première de ces rencontres : partager avec les personnes engagées professionnellement sur les territoires les réflexions du groupe de recherche sur les questions de construction des territoires de montagne, appréhendées sous l’angle de l’identification aux lieux, des liens à la fois pratiques et symboliques qu’un territoire génère, et du rôle des institutions dans ces attachements. Un deuxième objectif était de permettre un échange de regard entre praticiens des territoires du Parc naturel régional du Vercors et du Parc naturel régional du Morvan, partenaires d’une expérience de « mise en collaboration » avec le monde de la recherche, initiée dans le cadre du labex Item.

La rencontre s’est déroulée dans une alternance entre tables-rondes problématisées, conférence et ateliers thématiques destinés à favoriser la prise de parole de l’ensemble des participants.

La première table-ronde avait pour objet de clarifier les concepts par lesquels acteurs des territoires et chercheurs qualifient les liens aux territoires ruraux et orientent de ce fait les modes d’investissement qui construisent ces territoires. Ainsi, s’interroger sur l’emploi des termes « attachement », « identité », « appartenance » etc., ce n’est pas seulement une question de vocabulaire mais cela renvoie à des enjeux forts. L’usage des termes et des concepts influence notre regard sur la société : parler par exemple « d’identité territoriale » suppose une entité culturelle délimitée et contient un risque de cloisonnement et de fixation. L’usage des concepts a ensuite un effet performatif qui oriente le choix d’une politique culturelle : « identité culturelle » renvoie ainsi à des artefacts, des représentations et des pratiques partagées et donc peut déboucher sur une politique de l’inventaire patrimonial. Enfin, à travers l’usage de tel ou tel concept, on ne qualifie pas seulement un objet, mais aussi un sujet qualifiant et agissant, apte à ou légitime à dire et faire, ce qui questionne la place des institutions, des chercheurs et des habitants dans la production culturelle, mais aussi la capacité réflexive de chacun à penser ses propres pratiques.

Ces questionnements ont été abordés à partir de quatre interventions situées. A partir d’une recherche sur l’histoire de la construction du Parc national des Cévennes, Karine Basset est revenue sur les évolutions dans les usages institutionnels et non institutionnels de la notion de « culture », notion polysémique qui renvoie autant aux pratiques culturelles qu’aux constructions identitaires sur un territoire particulier. Jean Guibal, directeur du Musée dauphinois à Grenoble, a livré une analyse du point de vue d’un des acteurs important de la connaissance et construction d’une identité territoriale du Vercors. Au début des années 1980, le Musée dauphinois a conduit pour le Parc naturel régional du Vercors une campagne de collecte intitulée « Inventaire du Patrimoine Iconographique et de la Mémoire Orale du Vercors » (IPIMOV). Les entretiens conduits ainsi que les photographies collectées présentent un certain nombre de traits culturels spécifiques au Vercors, découpé en cinq unités territoriales. De nombreuses expositions ont permis de restituer cette collecte ainsi que d’autres études et recherches sur les cultures dites alpines. François Portet s’est situé du côté des habitants, « usagers » mais surtout acteurs dans ce qu’on pourrait appeler la fabrique patrimoniale, avec ses implications symboliques et économiques. À partir de l’exemple du PNR des Bauges, les liens avec le territoire des personnes concernées ou plus directement qui vivent de la fabrication et de la reconnaissance d’un patrimoine commun ont été précisés. Enfin, avec Noël Barbe, il s’agissait de voir quelles sont, au sein du ministère de la culture et à l’échelle nationale, les modalités d’appréhension du territoire, des identités culturelles et des attachements au territoire. L’ethnologue est revenu plus spécifiquement sur la notion de patrimoine ethnologique forgée sur la base de collectes sur des territoires dits ruraux et sur les effets d’une telle politique du patrimoine, mais aussi sur les évolutions, les changements et finalement sur la diversité actuelle des postures adoptées au sein du Ministère.

Le deuxième temps de la rencontre s’est déroulé sous la forme de trois ateliers parallèles, abordant respectivement les thèmes du patrimoine rural, des démarches participatives et de l’action culturelle. Il s’agissait ici de replacer les notions et interrogations abordées dans la table-ronde dans les pratiques concrètes des professionnels et des acteurs des territoires de montagne.

Introduit par une conférence d’Anne Sgard, professeure de géographie à l’université de Genève, le troisième moment de la rencontre a fait plus précisément écho et prolongé la présentation de l’enquête post-doctorale réalisée par Christophe Baticle, docteur en socio-anthropologie, sur la question des attachements pluriels au territoire du parc du Vercors (labex Item, nov. 2013- nov.2014).

Revenant sur une action et une production culturelle initiées par le Pnr du Vercors à l’occasion de ces trente ans sur le thème du paysage (Le Vercors n’est pas une carte postale, livre DVD présenté la veille du séminaire au festival du film de montagne à Autrans), Anne Sgard a souligné l’importance de ne pas abandonner les notions « d’identité » et de paysage identitaire, mais d’en souligner les dimensions plurielles, évolutives, changeantes, tant elles sont toujours le fruit des représentations et des pratiques humaines. L’analyse des entretiens et des extraits filmés des documentaires montre à quel point le paysage véhicule des liens de nature à la fois sensible, affective et symbolique.

La spécificité des liens aux territoires de montagne a été précisément questionnée dans la deuxième table-ronde, à partir d’une approche comparée des territoires du Vercors et du Morvan et selon trois fils directeurs. Le premier proposait aux quatre intervenants, chercheurs sur ces territoires, de répondre à la question des appréhensions du paysage, prises entre l’expérience individuelle et les grands déterminismes de l’appartenance socio-économique. Ainsi les néo-charbonniers, évoqués par Philippe Hanus, ont-ils le même regard paysagiste que celui des « grands ancêtres » auxquels ils se réfèrent ? Les acteurs historiques du développement territorial rural sont-ils, selon Gilles Della Vedova, qui a effectué des recherches sur les Quatre Montagnes, également des aménageurs de paysages ? Quelles seraient les grandes « spécificités » des paysages montagnards morvandiaux par rapport à ceux du Vercors, quels types d’identification s’opèrent à travers l’usage du mot « Morvan » dans les récits collectés sur le territoire (Caroline Darroux) ? Le paysage est-il un puissant élément de l’attraction des nouveaux résidents sur le Vercors et dans ce cas quelles différenciations se font jour entre les différentes catégories d’arrivants (Josette Debroux) ? Le deuxième fil invitait à questionner la circularité entre les pratiques sur les territoires de montagne et l’attachement qu’on exprime à l’égard de ces territoires. Enfin le troisième fil abordait la question du rôle respectif des institutions territoriales et des « citoyens » dans la production du lien au lieu [Lire ici l’intervention de Gilles della Vedova].

S’il est difficile de rendre exactement compte du contenu d’une telle journée, que peut-on en dire du point de vue des participants ?

Foisonnante (trop), hétéroclite, hésitant entre présentations ex cathedra comme les affectionnent souvent les chercheurs de profession et communications plus spontanées, des temps de parole parfois trop long dans les tables-rondes et trop courts dans les ateliers, des contenus inégaux, parfois éloignés des intentions des animateurs… Bref, on pourrait, tant sur la forme que sur le fond, pointer de nombreuses imperfections. L’organisation d’événements que l’on souhaiterait dans des formats non conventionnels – que ce soit ceux du monde la recherche (les très codifiés séminaires, colloques et journées d’étude) et des professionnels de l’animation des territoires – et favorisant des prises de parole « hybrides », est toujours un exercice hautement délicat, susceptible de provoquer chez les organisateurs comme chez les participants perplexités et frustrations : on aurait toujours dû/pu mieux faire !

Néanmoins, certaines réactions et retours nous ont paru témoigner de l’intérêt à penser la question de « l’attachement » et du « récit de territoire » (J. Guibal) lorsqu’on est praticien chargé de l’animation, de l’aménagement ou de la gestion d’un territoire ou plus largement acteur engagé à son service. Le terme « attachement » semble avoir une résonance particulière, dont on peut tenter de rapporter quelques-unes des expressions. Tout d’abord, il conduit à une quête de définition. L’une d’elle, formulée par l’un des communiquant, a retenue l’attention : « attachement » renverrait selon la définition qu’en a donnée Bruno Latour, à « la liste de toutes les entités dont nous avons besoin pour vivre ». La notion suscite également des interrogations profondes : l’attachement, a-t-on demandé, est-il inné ou acquis ? Peut-on le provoquer, le construire ? Peut-on apprendre à être attaché ? Ce qui renvoie à la question de l’autochtonie vs les attachements provisoires, interrompus, repris ou créés de toutes pièces avec les lieux, à la dialectique entre sédentarité et nomadisme. L’attachement, a-t-on entendu encore, est un acte politique au sens premier et un acte culturel profond: « il faut être militant pour s’attacher à un territoire ». « Attachement » conduit enfin à une interrogation sur les mots que l’on emploie pour penser le monde. Rapportée aux liens qu’on entretient à un territoire, est-elle une notion « obsolète » à l’heure des mobilités individuelles et des vies en réseau, ou au contraire une question « ultra-contemporaine » ? A condition d’en faire un usage « à portée forte » (N. Barbe), la notion d’attachement permettrait à la fois de reformuler, d’ouvrir des problématiques figées par le poids conféré à certains concepts (« identité », « appartenance culturelle »…) et conduirait de ce fait à de nouvelles modalités d’actions et de recherche : non plus, par exemple, faire patrimoine en instituant un grand partage entre « informateurs » et « sciences sociales », entre « habitants » et « gestionnaires » ou « acteurs institutionnels », mais faire place et droit à la réflexivité des personnes sur leurs projets et leurs pratiques des territoires.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *