Synthèse de l’article « Situation de co-construction, identités et risques d’asymétrie: retour sur un dispositif de collaboration de recherche »

Glux en Glenne et le Beuvray Photo Philippe Hanus
Glux en Glenne et le Beuvray – Photo Philippe Hanus

Cette contribution revient sur une collaboration en cours, entre un collectif de recherche pluridisciplinaire (Labex « innovation et territoires de montagne ») et des professionnels agissant au sein d’institutions territoriales (Parc régional du Morvan, EPCC de Bibracte), autour d’un espace labellisé Grand Site de France au sein du Parc du Morvan. Comment nous, chercheurs, pouvons-nous travailler de manière participative à l’échelle d’un territoire sur le sujet de la participation ? Nous décrivons et analysons une étape centrale du processus collaboratif, l’organisation d’une journée de travail en mai 2014. Prenant au sérieux le risque de hiérarchisation des rapports au sein du collectif, notre démarche s’attache aux questions des identités et des intérêts des participants, à l’organisation des échanges et à la co-construction du sens donné à cette rencontre. Cette co-analyse s’est élaborée par de multiples allers-retours, par le biais d’entretiens, avec les participants.

Par Caroline Darroux et Clémence Emprin pour le collectif de recherche du labex ITEM, Université Grenoble-Alpes (du collectif, contribuent à cette proposition : Philippe Hanus, docteur en histoire, chargé de mission au CPIE du Vercors ; Christophe Baticle, post-doctorant en sociologie ; Marina Chauliac, anthropologue, DRAC Rhône-Alpes ; Karine-Larissa Basset, maître de conférence en histoire ; Agnès Bergeret, post-doctorante en anthropologie ; Christian Gonzalès-Laporte, docteur en sciences politiques, ingénieur de recherche ; Véronique Peyrache-Gadeau, maître de conférence en économie ; Claude Janin, agronome-géographe).

Article complet publié en ligne sur le « Répertoire de recherche » – Actes du colloque international organisé par le GIS « Démocratie et Participation »: « Acteur.es et chercheur.es de la participation: liaisons dangereuses et relations fructueuses », 29 et 30 janvier 2015.

Ce travail bénéficié d’une aide de l’Etat gérée par l’Agence Nationale de la Recherche au titre du programme Investissements d’avenir portant la référence LABEX ITEM – ANR-10-LABX-50-01 

La recherche embarquée en territoire morvandiau

Le choix du Morvan : un Parc et un territoire de montagne

Pour les chercheurs du Labex Item (pôle de recherche Grenoble et Chambéry dont le domaine d’intervention privilégié est l’espace alpin), le territoire du Parc du Morvan présente une opportunité de travailler sur un territoire de moyenne montagne à forte dimension patrimoniale, hors des Alpes, où se posent des enjeux liés à la gestion d’espaces protégés dans un territoire de projets socio-économiques et culturels. Le groupe « Cultures et sociabilités en territoires de montagne » est un des groupes de recherche du Labex item constitué dans une intention forte de collaboration entre des acteurs du monde de la recherche et des institutions territoriales. Un des objectifs de connaissance concernant la « mécanique des territoires », leur fabrication, leur institutionnalisation et leur représentation se rattache à la question encore non résolue de ce qui fait la « spécificité montagne » des territoires. Une possibilité de terrains comparés se construit autour de la question des modes d’attachement à des territoires fortement singularisés par leur labellisation en espace « de nature » (parcs naturels régionaux, réserves etc). En ce qui concerne les Parcs régionaux du Vercors et du Morvan, « une mise en collaboration » (Darroux, 2014) a pu être possible, de manière singulière et relative, grâce à la négociation entre des intérêts différents tournant autour d’une même visée : expliquer les modes de gestion du territoire et le questionnement de la place de la participation des « habitants ». Dans chacun des deux territoires un « acteur-chercheur » (chercheur ayant, en même temps que ses fonctions de recherche, un statut professionnel au sein d’une institution du territoire) a un rôle de médiateur et facilite la « mise en collaboration » de la recherche académique et des institutions territoriales (Basset et al., 2013). Le repérage de points communs ne devant évidemment pas cacher la singularité des problématiques locales, les chercheurs insistent particulièrement en ce qu’il constitue un deuxième enjeu majeur : s’ajuster au plus près des problématiques des acteurs des institutions territoriales. Enjeu dont nous présenterons les composantes épistémologiques et méthodologiques mais qui constitue également un axe de travail et de valorisation institutionnel du Labex. La rencontre de mai a constitué un moment d’écoute, d’accueil et de mise en résonnance des problèmes et questions soulevés.

Un événement traumatique

S’inscrivant dans un mouvement d’humeur national (suivi avec plus ou moins d’intensité dans d’autres régions), en septembre 2013, 150 agriculteurs de la FDSEA et des Jeunes Agriculteurs de la Nièvre entrent à la Maison du Parc du Morvan, et se livrent à un « saccage », ainsi que le commenteront les journaux locaux. Fortement choqués par la violence de cette action, des agents, élus, représentants associatifs et autres individus installés ou de passage sur ce territoire se mobilisent sur différents forums de discussion (blogs internets, réseaux sociaux). Sans susciter l’adhésion de l’ensemble des agriculteurs du territoire, cette action avait pour visée de dénoncer une politique environnementale perçue comme coercitive à l’égard d’un monde agricole qui s’estime en souffrance. A qui appartient la nature ? Qui peut être prescripteur sur le territoire ? Quel équilibre entre les hommes et leur lieu de vie ? Toutes ces questions aux fondements de la création des Parcs semblent se réactiver dans la violence. Au-delà des conflits de représentations, d’intérêts et de jugements, cette manifestation d’une rupture de dialogue entre l’institution et une partie des agriculteurs du territoire interroge. Si l’évènement s’explique par une stratégie syndicale nationale de protestation, le contexte local est important. En effet, la revendication en Morvan a pris pour cible la maison du PNR, exprimant à la fois une opportunité pratico-pratique de proximité, mais également que cette institution était perçue comme responsable et/ou garante de la politique environnementale à l’échelle locale. C’est dans ces tensions complexes qu’un désir de collaboration de recherche va prendre une nouvelle expression au cours de l’année 2013. Les deux directeurs (Parc régional et EPCC Bibracte) ont fait la demande d’un soutien scientifique pour mettre en œuvre le volet lié à la « mobilisation des habitants », l’un des engagements qu’ils ont choisi de mener dans le cadre du renouvellement du label Grand Site de France du site Bibracte – Mont-Beuvray.

 

Une méthodologie chemin faisant

Notre démarche collaborative s’est élaborée progressivement autour de trois piliers épistémologiques : l’interactionnisme, le pragmatisme et l’anthropologie narrative à partir desquels se sont organisés des choix méthodologiques singuliers.

Les mondes sociaux comme élément de symétrie

Les initiatives de démocratie participative sur des problématiques environnementales pêchent souvent par des protocoles peu ambitieux ou très cadrés en amont, ce qui empêche le débat ou rend quasi impossible son impact sur le processus décisionnel (Barbier et Larrue, 2011). Dans le cas, d’une collaboration de recherche, les scientifiques risquent par exemple d’éluder les conditions d’élaboration de la recherche, leurs options méthodologiques ou leurs intérêts propres. Les expériences de recherche partenariale butent également sur la continuité de l’investissement des acteurs pendant ou en aval de la recherche, ceci peut être lié à l’accessibilité physique et conceptuelle de la recherche (Petiau et Pourtau, 2011) mais aussi à la crainte que la diffusion des résultats ne soit pas à l’avantage des partenaires (Belleau, 2011). Ainsi, pour que les professionnels des institutions territoriales se sentent concernés par la collaboration, il est nécessaire qu’ils participent au maximum à la définition du cadre collaboratif et notamment à la problématisation. Obtenir une symétrie d’engagement des participants nous semble impossible ; par contre, pour tendre vers cet idéal, les acquis de l’interactionnisme symbolique en études des sciences peuvent être mobilisés, ils portent sur les conditions de coordination entre acteurs de différents mondes sociaux (Star et Greisemer, 1989).

La construction d’une collaboration scientifique avec des partenaires n’exerçant pas le métier de chercheur suppose une conception de la science qui n’érige pas cette pratique au-dessus de toutes les autres mais qui, au contraire, la pense en tant qu’activité sociale elle-même prise dans des formes d’organisation du travail (Fujimura, Star et Gerson, 1987). Dans cette perspective, la distinction entre « chercheur » et « acteur » ne renseigne pas a priori sur les compétences cognitives des uns et des autres mais sur l’appartenance à des mondes sociaux, ou en l’occurrence des mondes professionnels, dans lesquels ces personnes inscrivent leurs activités quotidiennes (Emprin, 2014). Il est d’ailleurs à noter, pour ce qui concerne les professionnels identifiés dans cet article comme « acteurs », que dans les métiers de l’environnement, tout comme dans ceux du patrimoine archéologique, beaucoup ont suivi une formation universitaire, voire ont obtenu un doctorat, et doivent, dans leurs missions, créer ou investir des cadres visant à partager leurs savoirs scientifiques. Toutefois le monde académique et le monde des institutions territoriales ont des normes et des identités professionnelles singulières qui ont une influence sur la manière dont les professionnels se projettent dans la collaboration. Ce qu’Audoux et Gillet (2011) nomment « l’épreuve des identités » au sein de la collaboration est un moment où chacun, acteurs des institutions territoriales et chercheurs, est amené à définir l’objet de la collaboration en fonction d’enjeux identitaires et d’intérêts propres. La rencontre du 14 mai s’inscrivait dans ce cadre. Que s’est-il dit et passé lors de cette journée ? Sommes-nous capables d’en faire un compte-rendu fidèle qui puisse être une traduction des perceptions des uns et des autres ?

Pragmatisme et conditions pratiques

Pensée et action sont conçues de manière indissociable par la philosophie pragmatiste pour laquelle chaque praticien met en œuvre une pensée construite dans et par l’action (Brussière et Fontan, 2011). Nous défendons le fait que les praticiens ont une forte légitimité à contribuer à une collaboration de recherche et, parallèlement, que l’organisation d’une journée d’échange n’est pas extérieure à l’activité scientifique puisque ce sont ces moments partagés lors desquels s’élaborent les contours des problématiques de recherche. Ainsi, une attention spécifique a été portée aux éléments matériels et symboliques suivant :

Les ressorts de la légitimité à participer et à constituer des « partenaires à l’échange ». Dans le cas présent, a été tentée une ouverture au plus grand nombre de professionnels des institutions, sur la base du volontariat. 15 chargés de mission (en charge de la préservation des espaces protégés, de l’agriculture, des actions culturelles, du patrimoine, de la communication, des services techniques) ont répondu présents ainsi que les deux directeurs et 9 chercheurs de statuts différents (maître de conférences, ingénieur de recherche, acteurs-chercheurs et post-doctorants) au titre de leur participation au Labex item. Si la légitimité à participer à cette journée était évidente pour les directeurs demandeurs de cette collaboration et les quelques chercheurs très impliqués dans la mise en collaboration, elle ne l’était pas, au départ, ni du côté des autres chercheurs (Est-ce que cela entrait bien dans les axes de recherches qu’ils s’étaient fixés ? Est-ce que cela participait bien à un processus scientifique ?), ni du côté des équipes (Ne devrions-nous pas plutôt laisser la place aux « habitants » ? Est-ce que cette journée servira à quelque-chose ?)

Une égalité de base à l’accès à la prise de parole. Pour assurer celle-ci, l’acteur-chercheur en position de médiation proposa à chaque participant des équipes professionnelles de préparer en amont son intervention, avec un accompagnement individualisé. De même, un format en table ronde rompant avec une répartition des positions entre « sachant » et « écoutant » a été adopté. En valorisant les postures et les engagements individuels de chaque participant, il fut possible de limiter l’auto-censure liée aux fonctions professionnelles. Ainsi, les prises de parole des agents, chargés de mission, de leurs deux directeurs et des chercheurs ont laissé apparaître les individualités, les attachements au métier et/ou au territoire, autorisant un ancrage de parole « situé » pouvant être contradictoire avec les autres car non « représentatif ». L’impression d’un éclatement ou d’une essentialisation de la perception du territoire (citation d’un chargé de mission : « C’est comme si chacun avait son Morvan ») est toutefois une limite à ce principe de prise de parole.

Un effort de clarification de la parole scientifique avait été opéré afin de mettre en évidence aussi bien les problématiques générales des chercheurs (ici liées à la notion d’ « attachements » ou « d’identités territoriales ») que leur déclinaison dans la présentation d’une enquête en cours. Les présentations des chercheurs et de leurs recherches ont été fort appréciées, même si, malgré les efforts, les codes du milieu scientifique sont restés « exotiques » pour plusieurs praticiens.

 

Rôle de la recherche et des journées de mai dans la collaboration

Plusieurs images sont utilisées par les uns et les autres pour évoquer les enjeux de la collaboration, que disent-elles des attentes quant au rôle de la recherche sur le territoire du Morvan ?

Prise de recul et mise en cohérence

La démarche collaborative mise en œuvre, et notamment la journée du 14 mai, fonctionne comme un espace de prise de recul et de mise en cohérence des activités individuelles et collectives. Pour les acteurs des institutions culturelles et pour les chercheurs, ce temps constitue « une parenthèse » dans le quotidien professionnel, il permet de confronter les points de vue et les situations territoriales et oblige également à un travail sur le sens des pratiques professionnelles.

« Faire une pause », « suspendre le rythme », « sortir de l’opérationnel », « déconnecter » sont autant d’images mobilisées par les uns et les autres pour évoquer la journée du 14. Si cette journée de découverte a permis à des professionnels de différents horizons de faire connaissance, les prises de paroles successives ont créé, pour certains, une prise de recul. Cette prise de recul sur son activité est liée à l’exposition par chacun de ces missions ou problématiques de recherche ainsi que son propre attachement au territoire face à des personnes extérieures à son institution. Indépendamment de la présence des chercheurs, les professionnels du Parc et de Bibracte ont apprécié l’opportunité de réfléchir ensemble et de prendre le temps de faire de la pédagogie par rapport à leurs activités respectives. Par ailleurs, la présence de chercheurs extérieurs au territoire oblige à expliciter davantage certains implicites communs. Cette situation d’énonciation particulière a pu être alors comparée à « une thérapie collective » ou décrite comme une occasion de « libérer la parole ». Finalement, une multitude de points de vue se sont exprimés sur la situation territoriale du Morvan au point d’en dessiner une image complexe et de désigner les besoins communs de connaissance.

Le fait d’aborder les questions à différentes échelles invite également chacun à une mise en cohérence de ses pratiques individuelles et professionnelles mais aussi avec celles de son équipe, de son institution et des autres institutions sur le territoire. En effet, les prises de parole individuelles concourent à raisonner son engagement dans le territoire et dans sa mission, tout en faisant du lien avec les échelles plus collectives, dans une optique de mise en cohérence. Il s’agit alors de revenir collectivement sur les fondamentaux, les envies personnelles et les objectifs institutionnels, ce qui amène naturellement à pointer les dysfonctionnements et les perspectives d’amélioration. Ce temps de prise de parole, s’il ne change pas instantanément les choses, est une mise en travail du sens que les professionnels donnent à leurs pratiques, une manière de rendre partageable ou de faire émerger un diagnostic collectif sur une situation donnée, en l’occurrence la question de la place du Parc dans le territoire du Morvan.

Identités et « publics » du Parc

Une partie des acteurs des institutions territoriales se sont spontanément positionnés vis-à-vis de problèmes qu’ils et elles attribuaient à une image négative du Morvan. Cette représentation s’applique d’une part au territoire du Morvan et, d’autre part, au Parc naturel régional. Concernant le territoire, une inquiétude existe concernant l’évolution des paysages et la capacité des acteurs des territoires (agriculteurs, forestiers et agent du Parc notamment) d’impulser conjointement un changement bénéfique ou de s’adapter au changement pour rester/redevenir un territoire attractif. Le constat d’une collaboration difficile entre acteurs du territoire est directement lié au rôle du Parc dans le développement local. Pour beaucoup de professionnels, les missions du Parc sont mal comprises car elles sont complexes et peu lisibles. Certains évoquent l’opposition générique entre acteurs de l’environnement et acteurs économiques alors que d’autres qualifient ces difficultés de dysfonctionnement imputable à un manque de pédagogie de la part du Parc. Plusieurs agents du Parc expliquent leur difficulté à avoir une lisibilité de leur mission sur la durée. Ils ont certes accès aux archives de leur prédécesseur mais ont rarement la possibilité d’un temps de transmission de compétences, de transmission de réseau et de transmission d’une cohérence d’action avec celui-ci. Ces problèmes sont aggravés par la complexité des politiques territoriales et environnementales qui, par ricochet, détériore la relation des acteurs du territoire avec le Parc. Les missions se sectorisent et les chargés de mission ont un champ d’action de plus en plus spécifié avec des rétro-plannings très contraints (ressentis par plusieurs comme se réduisant à de la « gestion de programmes ») qui ne facilitent pas la compréhension de leur rôle pour leurs interlocuteurs. Le conflit de septembre 2013 qui les opposa à certains agriculteurs est encore très présent dans les mémoires, mais aussi les difficultés de relation avec les professionnels de la forêt, élus et surtout de manière générique « les habitants ». Pour certains, il en va même d’un désamour des « habitants » à l’égard de l’institution et de ses représentants. La rencontre est alors l’occasion de travailler cette remise en question de l’institution.

La question de l’identité et du rôle de l’institution Parc a été relativement centrale dans les échanges et indirectement s’est posée celle des « publics » du Parc. Si ce terme renvoie généralement aux destinataires des activités des institutions culturelles et peut interpeler dans ce cas précis, il semble permettre, pour certains, d’expliciter les destinataires des missions du Parc. Peut-on parler de « public » des parcs (et de « non-publics ») ? Qui se reconnaît sous ce terme ? Quel glissement de rôle cette catégorie amorce-t-elle dans la perception de la place de la société civile au sein de la gouvernance de l’institution Parc? Quelle marge de manœuvre le PNR a-t-il par rapport à la mise en place de politiques publiques et quels sont ces propres leviers d’action ? De manière générique, chercheurs et praticiens ont eu recours à la figure de « l’habitant » mais ce générique est-il approprié ?

Rapport aux habitants : sortir de la généricité

Dans l’échange autour des publics du Parc, la catégorie des « habitants » a focalisé les échanges. Un trouble semble s’attacher à cette catégorie et à son usage. Qui sont ces « acteurs ordinaires » (Chavanon, Laforgue, Raymond, 2007) visée par l’action des professionnels autant que par le discours scientifique ? Sont-ils des citoyens du Parc, des groupes de pression, des représentants de la société civile, des résidents, des élus, des membres de catégories socio-professionnelles qui participent à la gouvernance des Parcs ?

Les « habitants » sont tantôt convoqués comme « problème », tantôt désirés comme « acteurs », ils sont « ceux que l’on connaît bien » et se muent parfois en altérité absolue. Lors de la rencontre du 14 mai, ce sont des personnes qu’il convient d’informer voire d’éduquer et de convaincre du bien fondé de l’action du Parc. Si les « habitants » semblent être devenus étranges et étrangers incompréhensibles au moment des affrontements et du « saccage », ils sont également un groupe dans lequel le professionnel ou le chercheur s’inclut offrant une nouvelle légitimité, celle d’habiter le lieu.

Ne faut-il pas voir dans cet usage d’ « habitant » la diffusion d’une notion qui a été longtemps mobilisée dans la Politique de la Ville ? La mise en place des démarches participatives met au premier plan l’habitant qu’il s’agit de mobiliser, mais n’est-ce pas là une abstraction et une homogénéisation du social ? En effet, l’habitant semble être le représentant d’une masse homogène et de ce fait toute particularité (par exemple, individus membre d’une association ou d’une organisation syndicale) risque de discréditer le choix de tel individu en tant que représentant des habitants. De la même manière que l’avènement de la démocratie s’est traduite par une difficulté à représenter le peuple (Rosanvallon, 2002), les démarches participatives véhiculent une vision générique de l’habitant désincarné. Il nous semble qu’à certain égard, cette généricité est un obstacle à une conceptualisation des relations entre le Parc et ses « publics » ainsi que la place du Parc dans son territoire.

La notion d’habitant renvoie à la fois à l’usager (passif) d’un lieu de vie, mais aussi à la légitimité du « savoir local » basé sur une bonne connaissance des usages et du fonctionnement permanent d’un territoire. Sortir de la généricité peut se faire en diversifiant les figures de l’habitant (Nez, 2011), en distinguant des implications (organisées ou non, spontanées ou programmées, structurées dans le temps ou éruptive, de type lobbyiste corporatiste ou composite), des modalités de l’habiter (pérenne, en alternance, épisodique, etc.) ou encore des attachements au territoire. Voici quelques pistes qu’une démarche empirique de type ethnologique pourrait nourrir.

 

Conclusion

La participation des professionnels des deux institutions (Parc et Bibracte) à la journée de mai a eu lieu « sans forcément attendre quelque chose de cette rencontre ». La « découverte » d’approches scientifiques en sciences sociales, la rencontre en elle-même, la pause dans le quotidien furent moteurs. Néanmoins des problèmes concernant le territoire du Morvan et le rôle du Parc naturel régional se sont explicités. La discussion a été l’occasion d’une prise de recul et d’une discussion sur le sens des pratiques professionnelles. Ainsi, il semble que les interrogations touchent particulièrement l’identification socio-culturelle, socio-professionnelle des partenaires mis en présence au sein du Parc, de leurs intérêts, de leur rôle dans la gouvernance participative, et appelle à sortir de la généricité attachée à la notion d’habitant dans laquelle nous entrainent malgré elles, les démarches participatives. Les attentes vis-à-vis de la recherche oscillent alors entre une meilleure compréhension de problématiques territoriales (démographique, historique, sociologique), et un regard sur les dysfonctionnements de l’institution dans une optique de renouvellement des pratiques professionnelles.

La recherche en sciences sociales est alors identifiée comme une ressource dans le rapport de l’institution à ses interlocuteurs (« débloquer des situations », « faire de la pédagogie avec les publics ») et notamment le fait de travailler avec de nouveaux interlocuteurs, « les habitants ». La mobilisation de nouveau champ de connaissance viendrait potentiellement compléter le spectre de savoirs que les professionnels mobilisent dans leurs activités tout en répondant à une mutation professionnelle en cours. La circulation des savoirs est une ressource dans la relation des professionnels avec les groupes auxquels s’adressent les institutions territoriales aussi bien qu’elle est le socle d’une démarche compréhensive en sciences sociales. C’est sur cette conception de savoirs en mouvement que se fonde pour partie la symétrie de posture dans la collaboration de recherche.

 

Bibliographie

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *