Recherche collaborative en territoires de montagne et CO-ECRITURE

Pistes méthodologiques pour l’écriture collective d’un article scientifique

(acteurs et chercheurs de la participation)

Séminaire Morvan Photo Philippe Hanus
Séminaire Morvan (photo P. Hanus) 

Dans le cadre d’une collaboration de recherche entre le Labex item, le Parc régional du Morvan et le Centre archéologique de Bibracte, une journée de rencontre a eu lieu le 14 mai 2014 entre professionnels des institutions territoriales et chercheurs du WP3. Afin de tirer partie au mieux des pistes de réflexion suscitées par cette journée, le Labex item a proposé une communication scientifique dans le cadre d’un colloque qui questionne les liens entre acteurs et chercheurs de la participation, proposé par le GIS « Démocratie et participation ».

Séminaire Morvan - Directeur de Bibracte Photo Philippe Hanus
Séminaire Morvan (photo P. Hanus)

La volonté des chercheurs du WP3 a été de tenter une co-écriture de cet article qui reviendra sur la confrontation des différentes analyses de cette rencontre dans le Morvan: analyses des professionnels, analyses des chercheurs. Ce billet a pour but d’expliciter les propositions méthodologiques permettant de mettre en oeuvre cette expérimentation de co-écriture.

Entretiens situationnels

Il a semblé nécessaire de revenir auprès de chaque professionnel ayant participé à la journée du 14 mai, afin de recueillir, dans le cadre d’un entretien, ses impressions, son point de vu, ses conclusions sur cette journée.
Afin de mettre en place une méthodologie d’enquête adaptée à cet objectif spécifique, un premier entretien a été mené de manière intuitive. Il en ressort plusieurs points :

-préparer l’entretien en reprenant le contenu des prises de parole de chacun pendant la journée du 14-05, ainsi que les échanges qui eurent lieu en amont de la journée (par mail)/les prises de parole consignées dans le CR.
-imprimer un programme de la journée pour le regarder ensemble et se remémorer les différents point (deux mois et demi nous séparent de cette journée, temps long pour les chargés de mission qui sont déjà passés à autre chose)
-nécessité d’ouvrir l’entretien avec une question large et peu dirigée : « Quelle est votre analyse de ce qui s’est passé le 14 mai ? » (Questionnement centré sur la place de l’interlocuteur dans le processus)
-consigner précisément les mots de la personne interrogée (DARRE)
-lorsque l’analyse se tarit, ouvrir avec 2 questionnements
*proposer de reformuler l’objectif de la journée (pour voir ce qui a été compris de cet objectif transmis en amont/ pour percevoir les aspirations)
*proposer à chaque interlocuteur de formuler la demande que l’institution Parc pourrait faire au groupe de chercheurs (pour l’aider à mettre en cohérence sa posture individuelle, professionnelle, institutionnelle/pour tenter de comprendre comment la recherche permet l’émergence de questionnements dans une logique opérationnelle/pour élaborer les perspectives communes de la suite de la collaboration)

Ce principe de questionnement suit l’hypothèse suivante : si l’on pose des questions centrées sur la place de l’interlocuteur dans le processus de recherche-action collaborative, cela permet au non-chercheur de formuler des réflexions épistémologiques sur le processus de RAC tout en préservant sa logique d’acteur. En questionnant directement sur l’épistémologie, l’entretien se focaliserait sur les intérêts de la recherche sans faire place aux intérêts des acteurs du territoire, sans permettre à l’interlocuteur de s’appuyer sur un langage qu’il maîtrise.

Ce type de questionnement constitue un principe de traduction d’un vocabulaire situationnel (qui se réfère à une situation) à un vocabulaire épistémologique. En effet, l’interlocuteur formule son vécu (ce qu’il a perçu pendant cette journée de rencontre), puis monte peu à peu en généralité pour tenter de replacer son vécu dans des préoccupations plus globales liées à sa mission, à son institution, puis à la production de connaissance.

Ainsi l’interlocuteur, dans le temps de l’entretien, assemble son expérience dans son discours (PELEN; RICOEUR). La rencontre du 14-05 joue alors le rôle de point de repère collectif où se forge un vocabulaire et une grammaire de situation qui peuvent être partagés, analysés, commentés.

Les entretiens ne seront pas enregistrés, car il semble plus pertinent de permettre la reformulation et la correction a postériori jusqu’au moment de validation de la retranscription de l’entretien par l’interlocuteur. Dans ce travail « d’aller-retour » de la formalisation du discours, la pensée s’affirme et s’assume davantage dans un processus de maturation plus intéressant que si le chercheur se référait à un enregistrement. C’est, me semble-t-il, dans ce « travail du discours » que s’affine la collaboration de recherche.

A l’issue de ces échanges, il sera proposé aux acteurs d’accéder au carnet de recherche « Réflaction » afin d’interagir sur des articles, d’être informés de l’avancée des travaux du WP3.

Prise en compte de l’altérité de pensée

La deuxième phase de la méthode consiste à élaborer un propos collectif à partir de réflexions dissonantes, parfois contradictoires. Pour cela, les chercheurs essayeront de relever les éléments de cohérence et de dissonance parmi les propos recueillis, et dans une confrontation avec leur propre analyse. En guise de point d’appui, les grandes lignes d’un plan construit à l’issue du premier entretien permettront de classer ces éléments. La qualité du plan sera proportionnelle à sa capacité d’évolution pour ne pas risquer d’enfermer les analyses des acteurs dans un gabarit pré-construit de pensée. L’enjeu sera de parvenir à introduire les propos des acteurs dans le développement de l’analyse et non comme matière à analyser, créant ainsi un espace de co-analyse. L’étaiement des propos par la littérature scientifique permettra une montée en généralité à partir du vocabulaire situationnel proposé par les acteurs. Un soin particulier sera porté à la préservation des désaccords d’analyse, pour tenter de comprendre ce qui se joue dans les écarts de perception.

Bibliographie à destination des équipes

Les professionnels sont demandeurs d’une bibliographie accessible qui les aide à problématiser leur pratique et leur expérience. Une bibliographie détaillée pourra donc être structurée en lien avec l’article, selon la demande qui a été faite aux chercheurs pendant la journée du 14 mai.

Le plan de cette bibliographie pourrait être ceui-ci :

1-    Histoire de l’institution Parc régional (crise des institutions…)

2-    Sociologie du travail et espaces naturels

3-    La participation, entre injonction politique et mobilisation citoyenne

4-    Identités et attachements aux territoires (problématique agricole…)

Cette bibliographie a une fonction pédagogique : elle pourra désigner des comptes rendus d’ouvrage quand ils existent, elle doit faire l’objet d’une sélection des ouvrages ou articles les plus abordables, il serait possible de l’organiser du plus situé au plus généraliste dans chaque rubrique.

Calendrier:

20 août : j’envoie les transcriptions recueillies à l’équipe des chercheurs du WP3 et Clémence Emprin propose un plan détaillé
–  réactions/idées rapides des chercheurs
– Clémence Emprin propose une première version autour du 6 septembre
– Ré-écriture collective du groupe de recherche jusqu’au 6 octobre puis envoie aux acteur-e-s par mon intermédiaire pour réactions, remarques complémentaires
– Je finalise avec les retours des acteurs et j’envoie l’article définitif aux chercheurs début novembre

Bibliographie de cette note:

-DARRE J.-P., La recherche co-active de solutions, GRET, Paris, 2006.

-PELEN J.-N., « Entre intime, histoire et Grands Récits, l’assemblement narratif du Sujet. Réflexion introductive » in CRIVELLO M.-L. et PELEN J.-N., Individu, récit, histoire, Aix-en-Provence, Presse universitaire de Provence, 2008, 11-34.

-RICOEUR P., Temps et récit, 3 tomes, Paris, Seuil, 1983-1985.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *