Formalisation de la collaboration de recherche sur le territoire du Morvan

bocage Arleuf, François Bonneaud
Bocage haut-Morvan, François Bonneaud

La présentation que j’ai proposée, lors de l’atelier Réfl’action du 28-01, visait à expliciter le contexte et les dynamiques d’acteurs liés à la formalisation d’une collaboration de recherche entre le collectif « Culture(s) et territoires de montagne » du WP3 du labex Item et le Parc naturel régional du Morvan.
Le Parc naturel régional du Morvan a été crée en 1970, il représente aujourd’hui 117 communes et 6 villes partenaires, et correspond à 2859 km² à cheval sur 4 départements. Les particularités sociologiques, économiques, administratives et historiques mériteront chacune un développement approfondi afin de bien évaluer et prendre en compte les spécificités de ce Parc régional dans l’approche comparative que nous menons au sein du groupe « Cultures » et plus largement dans l’ensemble des groupes de travail du Labex. Pour cette première présentation, il m’a semblé nécessaire de m’attarder en quelques mots sur l’histoire politique de ce Parc fortement marqué par l’emprunte mitterrandienne depuis les années 1980, afin de le situer.

L’alternance de présidents à fort leadership avec des personnalités politiques plus locales permet de comprendre, au fil du temps, les alliances complexes entre le Parc et les autres niveaux de la politique territoriale, ainsi que les changements de cadence dans le développement de l’institution (GENIEYS, 2000 ; SMITH, 2003). Il est apparu, lors de l’atelier du 28-01, que cette analyse politico-historique serait une piste de travail qui permettrait de mieux qualifier les trajectoires de chaque Parc régional. On relève notamment sur le territoire du Morvan une tendance à oublier les étapes de structuration du Parc antérieures aux années 1995. Les changements de présidence s’accompagnèrent de départs et d’arrivées de nouveaux gestionnaires et nouveaux chargés de mission qui vont redéfinir un cadre d’action à partir des prérogatives qui leur seront transmises. Plusieurs agents du Parc, après leur recrutement, expliquent leur difficulté à avoir une lisibilité de leur mission sur la durée. Ils ont certes accès aux archives de leur prédécesseur mais ont rarement la possibilité d’un temps de transmission de compétences, de transmission de réseau et de transmission d’une cohérence d’action avec celui-ci. L’importante évolution des métiers des espaces naturels dans les dix dernières années (MAUZ, 2008) produit dans l’institution Parc du Morvan, comme dans la majorité des autres Parcs régionaux, une tendance à la segmentation professionnelle et à la spécialisation des agents, voire à une « décontextualisation » de leur métier. Par ailleurs, les restrictions de subvention et la complexité des montages budgétaires favorisent des recrutements par contrats de mission, et/ou à faible salaire, ce qui peut compliquer davantage l’appropriation des missions (selon l’enquête ATEN de 2005, « 42% des agents disposent d’un contrat précaire »). Là encore, la constitution de données précises concernant chaque Parc permettrait d’affiner la synthèse réalisée par le GIP ATEN en 2005 à partir de questionnaires (réponses de 33 Parcs sur 45 constitués à l’époque). Une méthodologie d’enquête plus qualitative par entretiens semi-directifs permettrait d’élucider les problématiques managériales propres à chaque Parc et aiderait à mesurer les écarts avec la tendance générale. Cela s’avèrerait être précieux pour le Parc du Morvan qui est l’un des Parcs qui emploient le plus de salariés en France (une cinquantaine fonctionnaires ou contractuels). Si l’évolution de ces métiers est avérée par tous (LECHIGUERO, 2008), les modifications des modes d’engagement individuel, de rétribution, d’organisation du travail, de contenu du travail, de relation au sein de l’équipe ont produit nécessairement un bouleversement dans les relations de l’institution à son territoire (élus, acteurs locaux, habitants, associations, etc.), et donc de son image, et ce de manière différenciée d’un Parc à l’autre. Ce changement de relation et de représentation restent encore largement inexplorées pour ce qui concerne le Parc du Morvan. La mise en œuvre controversée des réglementations européennes et du Grenelle Environnement (BOY, 2012) dans un contexte de crise économique qui se creuse ont généré de fortes contradictions et cristallisé les déséquilibres.
En septembre 2013, 150 agriculteurs de la FDSEA et des Jeunes Agriculteurs de la Nièvre entrent à la Maison du Parc du Morvan, et se livrent à un « saccage ». Fortement choqués par cette action, les agents, les élus, les habitants se mobilisent sur différents forums. Sans susciter l’adhésion de l’ensemble des agriculteurs du territoire, cette action avait pour visée de dénoncer une politique environnementale perçue comme coercitive à l’égard d’un monde agricole qui s’estime en souffrance. Au-delà des conflits de représentations, d’intérêts et des jugements, cette manifestation extrême d’une rupture de dialogue entre l’institution et une partie des agriculteurs du territoire interroge. A qui appartient la nature ? Qui peut être prescripteur sur le territoire ? Quel équilibre entre les hommes et leur lieu de vie ? Toutes ces questions aux fondements de la création des Parcs semblent se réactiver dans la violence.

C’est dans ces tensions complexes qu’un désir de collaboration de recherche va émerger au cours de l’année 2013.

La mise en collaboration
J’ai essayé de montrer comment cela procédait d’une « mise en collaboration », plutôt que de désirs qui se seraient agrégés.
Dans un souci de « clarification des identités » (AUDOUX, 2013), centrale dans une recherche-action collaborative afin d’y comprendre les dynamiques à l’œuvre, j’ai retracé rapidement la posture, les intérêts, la fonction représentative qui étaient les miens lors de cette « mise en collaboration ». C’est une invitation à participer à l’élaboration d’hypothèses de recherche dans le cadre du Labex item (en 2012), qui ont peu à peu débouché sur ces thématiques de travail et cette action partenariale. Agissant sur le territoire du Morvan dans le cadre de projets de développement local lié au patrimoine culturel immatériel, je participe aux assemblées de concertation du Pays, du Parc, des groupes de travail divers et variés. Du fait de mes fonctions professionnelles et de mon travail de recherche sur le terrain bourguignon, j’ai peu à peu constitué des réseaux dans de multiples communes et au sein de différentes institutions. Cela explique en partie l’agrégation de différents acteurs autour de mon implication. Mon conjoint est élu local et participe à la gouvernance du Parc. Tous ne le savent pas, mais cela contribue à mon identification.
Dès l’obtention de ma thèse 2011, plusieurs sollicitations me sont faites « pour que les sciences sociales soient mieux représentées » au sein du Parc, et pour y « défendre les problématiques culturelles ». Au départ, je représente en effet les intérêts d’un réseau culturel qui se considère « mal représenté » au niveau de l’institution Parc. D’où mon positionnement favorable à une thématique qui questionne les « cultures de montagne ». L’intérêt de ce réseau est de faire évoluer les représentations, favoriser la recherche en sciences humaines et sociales sur le territoire du Parc du Morvan.

Peu à peu, l’aller-retour régulier entre terrain et milieu académique du Labex (aller-retour qui caractérise l’ancrage de recherche et d’action de l’acteur-chercheur), m’amène à considérer la problématique des « conflits » de représentation et des tensions entre groupes socioculturels qui partagent un même territoire. Je perçois notamment, au regard des expériences menées par les chercheurs impliqués dans le « Labex item » sur les autres territoires Parc, que la difficulté d’une approche systémique semble assez centrale. L’absence de problématisation socio-anthropologique m’apparaît une cause de ces difficultés. Les échanges avec le groupe « culture » du WP3 (constitué d’Anthropologues, Sociologues et Historiens) m’encouragent dans ce sens. D’où mon positionnement favorable à une enquête sur « les attachements pluriels aux territoires dits de montagne », qui me semble croiser les intérêts du réseau culturel, l’élucidation des contradictions et des tensions du territoire, la méthodologie pluridisciplinaire.
Fin 2012, suite à la présentation publique, lors « des Entretiens de Bibracte » (journée de partage de connaissances organisée par l’EPCC de Bibracte et le Parc du Morvan), d’une méthodologie qui me semblait ouvrir sur une dynamique de résolution des tensions (DARROUX, à paraître), la sollicitation du Directeur de l’EPCC conjointement à celle du Directeur du Parc me semblent une opportunité de « mise en collaboration ». Cette sollicitation est liée à une volonté des gestionnaires de faire participer les habitants à la gestion du site protégé attenant à Bibracte, classé Grand Site de France, et à l’agrandissement de celui-ci. J’envisage l’élargissement des problématiques de concertation et de participation à l’ensemble du territoire Parc. Le Directeur du Parc y voit une utilité dans le cadre du renouvellement de la Charte en 2017. Le Directeur de l’EPCC envisage cette collaboration comme un appui méthodologique dans une tentative d’expérimentation d’un mode de gestion nouveau ainsi que comme la possibilité de créer du lien avec des chercheurs en sciences humaines et sociales et d’autres territoires.

La demande de collaboration semble être produite par les intérêts du monde académique, les intérêts d’un groupe représenté par un porte-parole acteur-chercheur multi-casquettes et multi-réseaux, les difficultés et les opportunités liées à l’actualité du territoire, les appels à projets et/ou à contractualisation de l’Etat.
On voit bien comment s’est négociée une collaboration entre des intérêts différents tournant autour d’un même objet : initier un changement dans la gestion de l’espace protégé.

« Attachement », « innovation », « participation
Lors de l’atelier Réfl’action, on m’invite à questionner davantage l’ancrage plus intime de mon implication dans le dispositif de recherche-action collaborative. En effet, les sollicitations auraient pu en rester là, aucun déterminisme ne me forçait à être ce « point d’achoppement » (BASSET, 2013) entre des temporalités et des intérêts différents, ceux de la recherche, ceux des acteurs de mon territoire, afin de nouer la collaboration de recherche. Je m’entends répondre cette raison de « l’attachement au territoire », raison à la fois pleine, qui renvoie à mon parcours de vie, et nécessairement confuse pour les autres. Dans mes représentations, cet attachement est produit par ma résidence sur le territoire et l’effort fait pour « m’en reconnaître »: mélange de réseaux serrés et multiples d’interconnaissances que j’ai constitués et de la satisfaction d’être reconnue par ceux-ci. Il est aussi fonction d’un récit de vie qui y a construit ses repères chronologiques (DARROUX, 2011), puis d’une maîtrise topographique et culturelle des enjeux qui s’y déploient. On me fait également remarquer mon usage peu défini du mot « innovation ». Ces deux termes (attachement et innovation), encore à l’état de pré-concepts, semblent bien être reliés entre eux dans mon propos et dans l’argumentation que je construis. L’innovation semble y rejoindre une idée d’aspiration liée au territoire d’attachement: un désir d’y élaborer une perspective individuelle et collective d’avenir. La distinction entre la recherche-action collaborative et la participation (BLONDIAUX, 2011), pointée par l’un des membres de l’atelier, s’est avérée extrêmement éclairante face aux risques constants liés au rôle de médiation. En effet, les acteurs du territoire, encore peu informés des spécificités de la « RAC » peuvent la prendre pour un espace de participation des chercheurs à l’action. L’acteur-chercheur cultivant cette puissance d’action peut très vite être happé par celle-ci. Il y a là-encore un besoin de « traduction » et de clarification qui aidera à préserver l’efficience de ce type de recherche.

Si elle est sous-tendue par une force intime qui demande à être élucidée, ma présence dans le processus de recherche-action collaborative semble en conditionner la « propagation » dans le territoire, du fait même de ma posture d’acteur-chercheur. L’acteur-chercheur est pris dans ce processus qu’il doit rendre vertueux afin de préserver une posture hybride de médiation. Il trouve pour cela des stratégies et des techniques : instauration de la confiance (médiation entre les acteurs/fonction de tiers/recueil de points de vue qui en découlent), mise à l’épreuve des identités (aider chacun à se situer pour créer des repères dans la relation), mise en lisibilité du dispositif de recherche auprès du territoire, effort de traduction d’un monde à l’autre (AUDOUX, 2013). L’acteur-chercheur tente de faire avancer de concert la performance de la collaboration d’un point de vue opérationnel (pour les acteurs du territoire) et d’un point de vue scientifique (pour les chercheurs du Labex).
Ce processus est performatif et entraîne l’accélération du processus comme j’ai pu très vite l’observer dans le Morvan.
Quand le territoire et ses acteurs s’approprient la démarche de recherche-action collaborative, une dynamique se lance et ne se stoppe pas aisément, elle échappe très vite aux temporalités de la recherche.

Bibliographie
AUDOUX C., « Comprendre les processus et les épreuves pour construire les collectifs de recherche », communication au colloque international AIFRIS-PREFAS, Dijon, 27-29 mai 2013.
BASSET K., CHAULIAC M., DARROUX C., HANUS P., « La connaissance et l’innovation au risque de la posture « d’acteur-chercheur » : le collectif « cultures et sociabilités en territoires de montagne » », in communication au colloque international AIFRIS-PREFAS, Dijon, 27-29 mai 2013, http://reflaction.hypotheses.org/85.
BLONDIAUX L., FOURNIAU J.-M., « Un bilan des recherches sur la participation du public en démocratie : beaucoup de bruit pour rien ? », Participations , 1/ 2011, p. 8-35 .
BOY D., BRUGIDOU M., HALPERN C., LASCOUMES P., Le Grenelle de l’environnement. Acteurs, discours, effets, Paris, Armand Colin, 2012.
DARROUX C., La vieille femme salie. Récit d’une résistance à la modernité. Morvan XXe – XXIe siècles, Thèse de doctorat, Université Aix-Marseille, Aix-en-Provence, 2011.
DARROUX C., « Mémoire et récits des sources, quand le patrimoine immatériel devient un argument de gestion collective de l’eau », à paraître.
GENIEYS W., SMITH A., BARAIZE F., FAURE A., NEGRIER E., « Le pouvoir local en débat. Pour une sociologie du rapport entre leadership et territoire », Pôle Sud, 13/2000, 103-119.
LECHIGUERO A. (dir.), « Dossier. La nature pour métier. Au-delà des mythes… réalités », Espaces naturels, 24/2008, 11-27.
MAUZ I., « Les évolutions des métiers des espaces naturels », Memento de terrain. Gestion des milieux et des espèces, 83-2013, http://ct83.espaces-naturels.fr/printpdf/49.
SMITH A., SORBETS C. (dir.), Le leadership politique et le territoire, les cadres d’analyse en débat, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003.


2 réflexions au sujet de « Formalisation de la collaboration de recherche sur le territoire du Morvan »

  1. Merci Clémence pour tes remarques,

    La question des freins est en effet cruciale.
    Nous travaillons à l’écriture d’un article scientifique qui propose une co-analyse de cette « mise en collaboration » avec les professionnels du Parc du Morvan et l’équipe de chercheurs qui est venue les rencontrer en mai, nous en saurons d’avantage à l’issue de ce travail.
    Je vais publier dans la rubrique « Réflexivité » de notre carnet, un billet qui reprend quelques points méthodologiques concernant cette co-écrture.

  2. Merci Caroline pour cette contribution ! Au fil des occasions que j’ai eu de t’entendre présenter les enjeux de cette « mise en collaboration », je découvre toujours de nouvelles facettes. En l’occurrence, la question de l’évolution des métiers au sein des PNR me semble un axe très intéressant d’un point de vue comparatif d’une part mais aussi pour et par les personnes impliquées dans ces activités professionnelles. Une piste de discussion pour mai?

    A cet égard, cette référence t’intéressera surement :

    Céline Granjou, Isabelle Mauz et Arnaud Cosson, « Les travailleurs de la nature : une professionnalisation en tension », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 27 décembre 2010, consulté le 17 mars 2014. URL : http://sociologies.revues.org/3296

    Par ailleurs, je comprends la « mise en collaboration » comme une désignation soulignant son côté actif mais je ne retrouve pas trop, dans ton texte, les freins potentiels ou réels qui nécessitent ce côté actif…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *